vendredi 5 avril 2019

Mazette quel noceur (I)

Dans cette nouvelle rubrique, la publication d'un extrait d'oeuvre choisie sera régulièrement l'occasion de célébrer le sens de la fête. Commençons avec Paul Morand.



"Ma soirée a été assombrie par l'arrivée de Chaplin, dans la loge à côté de nous; un Chaplin effondré, presque porté par deux hommes; lui qui fut la vitesse, la souplesse, le puissant, pauvre loque figée par le gel de l'avant-mort et qu'on soutient pour qu'il puisse saluer, cela fend le coeur. Comment ose t-on le sortir encore ? Oona, près de lui, jeune et impassible. "Bonjour, Charles..." Il ne me reconnaît pas. Il n'y a pas dix ans, je lui amenais Louis Malle, émerveillé. Que les années de New York sont loin! Et je me rappelle une fin de dîner où, à califourchon sur une chaise, il nous mimait une chasse au renard chez Westminster ! Et ce dîner, nous avions fini la soirée au bordel, à Nice; au bruit que Chaplin était dans la maison, ç'avait été une ruée, toutes les filles abandonnant leur client, se ruant dans les corridors pour acclamer Chaplin."

(Paul Morand, Journal inutile, tome II , p.346-347)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire