jeudi 22 juin 2017

La tribune d'Emile Boutefeu

La canicule n'empêche pas Emile Boutefeu, poète pro-actif et chroniqueur de la post-modernité exaltée, de revenir nous livrer ses petits haïkus, choses vues et cruautés du quotidien, à la manière de Félix Fénéon.


Paris, ville lumière
Ce midi, à la Défense, il fait beau. Une foule de cadres et d’employés mange leur sandwich sur l’escalier menant  à l’Arche qui ressemble alors à un gradin. Plus bas, sur l’esplanade, un petit homme sec et crispé hurle à leur adresse :
- « le Mal existe ! LE MAL EXISTE ! »
Une rumeur joyeuse parcourt l’assemblée.

Paris, ville lumière (2)
Un après-midi d’août, moite, orageux, non loin de la Gare de l’est.
Une grosse africaine se tient sur le seuil d’une cabine de toilettes publiques à la porte grande ouverte. Son corps abondant et flasque est régulièrement traversé d’un tressaillement lequel, partant de son talon, semble remonter jusqu’à sa chevelure. Elle fixe d'un air pensif un point dans le ciel blanc et hurle :
- « Je baise ! JE BAISE ! »
Un passant, égrillard, cligne de l’œil.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire